Cette aliénante politique de respectabilité

Sur la page Fesse Bouc de Sihame Assebague … il est fait allusion aux jeunes qui ont perturbé le tournage de l’émission Tabou de M6 sur l’Islam… Il y aurait un vrai dossier à faire sur ce qui s’est passé.. il y a un élément ici

La vidéo de « l’accrochage » entre certains habitants du quartier des Radars à Sevran & Bernard de la Villardière suscite de nombreux commentaires. D’un côté, celles & ceux qui comprennent leur réaction & l’inscrivent dans un contexte politique, social & médiatique spécifique ; de l’autre, celles & ceux qui trouvent que, « même si on connait M6 et ses équipes », les mecs auraient dû rester courtois, ne pas perturber le tournage et « tendre l’autre joue »…La réalité, c’est qu’à force de tendre l’autre joue à ce pouvoir qui nous humilie, nous freine & nous opprime, on va finir sans visage. Mais je n’en dis pas plus, Yasid Ali Mechaï a parfaitement résumé les enjeux de cette politique de courtoisie & de discrétion imposée à certain-e-s.

Je le cite :

« Na3albou la politique de respectabilité !

T’as le mec qui se pointe en mode maître de plantation inspectant ce qu’il considère être ses biens meubles ou esclaves et l’on voudrait qu’on lui dresse une haie d’honneur et sème des pétales de rose sur son auguste passage. Tfou. Je dis « on » car je m’identifie pleinement à ces frères, nos frères : nous sommes une communauté d’expérience et de lutte contre la Hoggra. Ils ont fait ce qu’ils avaient à faire et l’ont très bien fait !

Cet agent du blantriarcat nous chie à la gueule et l’intériorisation de notre infériorisation statutaire et illégitimité présentielle serait telle qu’on devrait, en plus, lui adresser des sourires de gratitude et oeillades énamourés de ravissement ?

Notre aînée, Assat Shakur, nous avise pourtant quant à l’inanité de cette aliénante politique de respectabilité si préjudiciable à notre libération collective :

« Personne dans le monde ou dans l’Histoire n’a jamais obtenu sa liberté en faisant appel au sens moral de l’oppresseur. »

Faisons un parallèle avec l’oppression de genre et le patriarcat.

Imagine-t-on un mec toiser une assemblée de femmes et les rabrouer du haut de son Olympe de mâle dominant sans qu’il ne s’expose à de très saines, fondées et justes représailles de la part de ces dames ?

Et là aussi, je gage qu’il se trouvera de belles âmes pour réprouver leur comportement hystérique (ben ouais c’est bien connu, Lafâme est travaillée par son utérus) et avancer : « non mais tu vois, c’est pas la bonne manière, ça conforte et renforce le regard misogyne, il eût fallu se montrer compatissante et longanime dans l’adversité comme nous l’enseigne …euh…je sais pas… les écrits de Paulo Coelho, tiens lol ». Toz !

Déjà, Abdelamlek Sayad {ad fellas ya3afu Rebbi} analysait cette triple injonction (1.invisibilité 2.politesse 3.apolitisme) par laquelle « la République du mépris » (Pierre Tevanian) entend domestiquer les post ou endo-colonis-é-s que nous demeurons à ses yeux si magnanimes et civilisateurs.

AlhamdouLillah, il est une loi matérialiste qui se vérifie à travers cette scène : à l’oppression répond la résistance !

Et nos frères ont tozé cette injonction à l’à-plat-ventrisme de manière 1.ostensible 2.irrévérencieuse et 3.éminemment politique ! »

Voilà.

Laisser un commentaire